Startups & Grands groupes
24/8/21
Grands Groupes : Adopter une démarche RSE grâce aux startups
Entre multiplication des scandales, évolution des modes de consommation et des législations toujours plus nombreuses… La RSE se trouve être un enjeu majeur !
Newsletter
Pour ne rater aucun article !
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.

Entre multiplication des scandales, évolution des modes de consommation et des législations toujours plus nombreuses… La RSE se trouve être un enjeu majeur aussi bien pour les plus grands que pour les plus petits. Toutefois, adopter une démarche RSE lorsque l’on vient de loin n’est pas une mince affaire (le greenwashing, on s’abstiendra !). Développer un véritable business éthique s’avère être la mission de demain.Et chers Grands Groupes, il se pourrait que les startups soient votre partenaire privilégié dans cette transition…

État de la RSE

La Responsabilité Sociétale des Entreprises plus connue sous le doux nom de RSE, représente la contribution des entreprises aux enjeux du développement durable. Mais que signifie réellement cette contribution ? Et quelles entreprises sont concernées ? Moralement, toutes sont concernées et légalement (depuis la loi PACTE )  toutes doivent prendre en  « considération des enjeux sociétaux et environnementaux de son activité » (Article 1833 du Code Civil).

Maintenant que l’on sait que tout le monde doit se sentir impliqué, ce qui peut paraître étonnant au vu des scandales qui s’enchaînent : un palmarès de polémiques chez Uber, du trucage chez Volkswagen ou encore l’affaire du Médiator… La RSE semble paraître obsolète pour nombreux de grands groupes. Et pourtant historiquement, ce sont bien des grandes entreprises qui ont abordé des démarches plus éthiques qui, au fil des années, sont arrivées chez les PME.

Au départ, pour beaucoup, la RSE était une simple vitrine, un véritable atout de communication. Nous nous perdions entre simple slogan commercial et engagement réel. Mais avec les réglementations qui arrivent en nombre, des masques tombent certes mais de réelles initiatives sont enfin prises. Les entreprises sont dorénavant “obligées” de rendre compte de leur implication. Une démarche qui porte ses fruits puisque France Stratégie révèle en 2016 une étude menée auprès de 8500 entreprises “l’écart de performance économique est d’environ 13% en moyenne entre les entreprises qui mettent en place des pratiques RSE et celles qui ne le font pas.”

Startups VS Grands Groupes : qui est le plus à la pointe ?

L’idée préconçue que l’opinion publique a de la RSE, c’est qu’elle est réservée aux grands groupes. Pourquoi ce préjugé ? Car les grandes entreprises ont potentiellement plus de moyens (financiers et humains) de mettre en place une stratégie et de faire bouger les choses qu’une PME à son échelle.  Ce qui est faux, comme nous le disions précédemment, investir dans une stratégie RSE, c’est la garantie d’une meilleure performance globale aussi bien dans la croissance économique que dans l’engagement des collaborateurs.

L’essence d’une startup, c’est l’innovation. Une startup vit avec son temps, son objectif est de transformer positivement et durablement le monde actuel. C’est pourquoi une démarche RSE se révèle être dans le prolongement logique des objectifs premiers des startupers.

C’est le cas de nombreuses startups récemment créées qui intègrent la RSE dans leur modèle économique. Ces startups sont de réels acteurs dans le domaine de l’innovation sociale, la RSE est une partie intégrante de l’ADN de ces jeunes pousses.

Pour d’autres, elles ont pris l’engagement d’accompagner les plus grands dans cette transition. Comme l’entreprise Volt Corp  qui développe l’éco-mobilité en proposant des trottinettes, vélos ou scooters électriques aux professionnels. Digital for the Planet accompagne quant à elle des Grands Groupes (L’Oréal, BNP, GRDF… rien que ça !) dans la réduction de leur impact numérique.

Des exemples de startups qui aident les plus grandes organisations à intégrer une démarche RSE. Des premiers pas qui permettent dans un premier temps de changer la vision des entreprises mais pourront s’avérer changer intégralement le monde économique de demain.

C’est par un travail qui se fera main dans la main, qu’aussi bien les startups que les grands groupes pourront tous deux devenir de beaux exemples de politique RSE. Elles feront en sorte de faire bouger les choses et prendre nos responsabilités en main.